Thaïlande: le COVID-19 a accéléré la pollution plastique

La pandémie de coronavirus a accéléré le phénomène de pollution plastique à Bangkok en Thaïlande, en partie à cause de l’augmentation des livraisons à domicile de repas. La situation est inquiétante d'autant plus que le pays est déjà le plus gros pollueur des océans dans le monde.

Déchets plastiques sur une plage. Crédit photo : Lurii Stepanov.

Les mesures de confinement prises en Thaïlande ont eu un effet négatif sur l’environnement. La mairie de la capitale s’est chargée de mettre en place un bateau circulant à travers le réseau de canaux afin de récupérer un maximum de déchets. La ville craint que l’accumulation des détritus ne bouche les égouts de la mégalopole de 11 millions d'habitants. Mais il sera difficile de capter toute la pollution qui s’est mélangée à la végétation.


Le président de l'institut thaïlandais de l'environnement, interrogé par l'AFP confie "(les déchets plastiques) ont quasiment doublé dans les zones urbaines de janvier à mars. En avril, sur un an, ils ont bondi de 62% rien qu'à Bangkok. La situation est préoccupante". D’après le même institut, les prévisions sont alarmantes: cette année, les déchets plastiques pourraient même augmenter de 30%.


Les associations écologistes s’inquiètent de retrouver tous ces déchets dans les rivières et océans. Cette actualité fait écho au même phénomène qui se produit en France: des plongeurs de l’association Opération mer propre ont retrouvé récemment de nombreux masques jetables et gants usagés dans la mer Méditerranée et craignent un nouveau désastre écologique.


A partir de

4,95€

COUVERTURE 1.jpg

  | EN VENTE |  

kjuilo.jpg
jj.jpg
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Twitter Clean
  • Blanc Icône YouTube

#TERRADARWIN

© 2019 Terra Darwin 

Use of this Website (including any and all parts and components) constitutes your acceptance of these Terms of Use and Privacy PolicyAd Choices.

Terra Darwin est membre du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne