Thaïlande: la grande migration des éléphants pour ne pas mourir de faim

Des milliers d’éléphants souffrent aussi du coronavirus qui a totalement stoppé toute activité touristique, menaçant ces animaux qui ne peuvent plus être nourris suffisamment par leurs propriétaires. Les gardiens de ces pachydermes sont contraints de les ramener dans leurs régions d’origine, créant une vague de migration inédite.


Éléphant à Surin en Thaïlande, Asie. Crédit photo : Jerawat Suwannitipat.

Selon l’Agence France-Presse, 2000 éléphants qui étaient exploités dans des parcs d’attractions ou des sanctuaires pour transporter des touristes, se baigner avec eux, ou comme bête de cirque sont aujourd’hui au repos après la fermeture imposée mi-mars, par mesure de sécurité avec la pandémie.

Ces pachydermes, mal nourris et enchaînés dans des camps sont dans une réelle situation d’urgence selon les professionnels du secteur. Les propriétaires ne perçoivent plus d’argent des touristes et ne parviennent plus à nourrir leurs animaux. Les éléphants, qui ont besoin d’environ 180 kg de végétation chaque jour, doivent maintenant se contenter d’herbes hautes, rares durant la saison sèche. "Ce n’est pas suffisant. Il n’a que la moitié de sa ration quotidienne. Sa santé est en danger", explique Kosin, gardien de l’un de ces éléphants à l’AFP.

Pour pallier à cette situation, certains propriétaires les emmènent dans un long périple à travers les forêts épaisses et le climat rude de la région, afin de les ramener chez eux. En deux mois, un millier d’éléphants ont ainsi regagné leur village et des dizaines sont encore sur les routes. "Une vague migratoire d’une telle ampleur sur une aussi courte période de temps est inédite dans le pays", relève Theerapat Trungprakan, président de la Thai Elephant Alliance Association.

Même si ce retour à leur terre d’origine est encouragé par certaines associations comme Save Elephant, il n’est pas sans problème: les forêts autour des villages sont défrichées et des tensions peuvent survenir avec les habitants si les cultures sont abîmées. Remettre ces éléphants en liberté est impossible, car ils entreraient en conflit avec les centaines de spécimens encore sauvages et pourraient être victimes d’accidents ou de maladies.

Les défenseurs des animaux espèrent que la période serve à réfléchir sur l’industrie du tourisme animalier qui manque largement de régulation pour assurer leur bien-être.



A partir de

4,95€

COUVERTURE 1.jpg

  | EN VENTE |  

kjuilo.jpg
jj.jpg
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Twitter Clean
  • Blanc Icône YouTube

#TERRADARWIN

© 2019 Terra Darwin 

Use of this Website (including any and all parts and components) constitutes your acceptance of these Terms of Use and Privacy PolicyAd Choices.

Terra Darwin est membre du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne