Stratolaunch, l’avion qui a la tête dans les étoiles

Ce samedi 13 avril, les sociétés américaines Stratolaunch et Scaled Composites ont réussi le premier vol de leur prototype d’avion, le Stratolaunch, plus grand avion du monde.

Comme des frères siamois, les deux corps sont reliés par une aile centrale commune, où sera accrochée la fusée à transporter. Crédit photo : Jakub Vanek / Shutterstock

Le Stratolaunch possède la plus grande envergure de l'aviation mondiale, avec 117 mètres contre 80 mètres pour un Airbus A380 par exemple. Propulsé par 6 moteurs de Boeing 747, l’avion californien est composé de deux fuselages, joint entre eux par une aile commune. Une sorte de « H » dont la barre centrale est prolongée de chaque côté pour former les ailes. C’est un avion à deux têtes.


Le 13 avril, dans le désert du Mojave, aux États-Unis, en Californie, ce prototype a réussi son vol test, d’une durée de 149 minutes. Avec une autonomie d’environ 1850km, soit 10 heures, il peut atteindre une altitude de 10km, où il pourra alors larguer la fusée. C’est en effet le rôle de l’appareil. Il doit servir à emporter et lancer à haute altitude une fusée qui se propulsera ensuite directement dans l’espace, ce qui réduira la consommation de carburant au décollage, ainsi que les erreurs de mise en orbite, car la distance sera beaucoup plus courte pour l’atteindre. C’est en tout cas l’ambition de la société californienne. C'est d'ailleurs la signification du nom de l'engin : "strato" pour Stratosphère et "launch" pour lancer.


Un système jugé pas assez rentable par Space X


La société Stratolaunch, créée par Paul G.Allen, co-fondateur de Microsoft, décédé en octobre dernier, a dû lutter longtemps avant de parvenir à lancer son prototype. Ce fut d’abord son ambition, créer ses propres vaisseaux spatiaux pour ses lanceurs, qui ont ralenti le projet, puis le manque de partenaire fiable et intéressant économiquement.

C’était la très connue agence Space X, d’Elon Musk, qui devait collaborer avec Scaled Composites et Stratolaunch pour fournir des fusées de 6 tonnes, mais les complications et les modifications nécessaires sur les fusées pour les adapter à l’avion ont empêché l’accord.


Quant aux mastodontes de la conquête spatiale, comme la Ariane 5 (570 tonnes) pour l’Union européenne (ESA) ou la Falcon 9 (550 tonnes) de Space X et la NASA, l’avion est beaucoup trop léger pour les transporter. Finalement c’est la société de constructeurs Orbital Sciences Corporation qui a accepté d’envoyer des fusées Pegasus. Il s’agit de trois petits engins de 440kg loin des mastodontes européens ou américains. Un lancer aérien test qui sera donc surement la prochaine étape de ce vaisseau à l’apparence extraterrestre.



A partir de

4,95€

COUVERTURE 1.jpg

  | EN VENTE |  

kjuilo.jpg
jj.jpg
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Twitter Clean
  • Blanc Icône YouTube

#TERRADARWIN

© 2019 Terra Darwin 

Use of this Website (including any and all parts and components) constitutes your acceptance of these Terms of Use and Privacy PolicyAd Choices.

Terra Darwin est membre du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne