Raoni Metuktire: le cri d'alarme du chef indien lors de sa visite à Bordeaux


Le chef indien, âgé de 85 ans, a répondu à l'invitation du festival Climax, qui débute à Bordeaux jeudi. Metuktire et sa délégation sont en ville depuis une semaine, et ont rencontré le maire, mercredi.


Raoni Metuktire est le cacique (chef) du peuple Kayopo d’Amazonie. Voilà soixante ans que ce descendant de guerriers est devenu cette figure emblématique de la lutte contre la déforestation de l’Amazonie et la destruction de la culture indigène. Il voyage inlassablement dans le monde entier depuis des années pour convaincre les chefs d’État et accompagner les acteurs du climat.

Cette année Raoni Matuktire nous a fait l'honneur de revenir en France pour la 5e édition de Climax, un éco-festival qui a choisi pour cette fois le thème de « L’Amazonie ou le déracinement du monde ».


Une programmation en avance sur son temps:

Il y a plusieurs mois quand ils ont commencé à préparer la 5e édition de Climax, les organisateurs n’ont pas imaginé en choisissant le thème de l'Amazonie, que des incendies allaient ravager la forêt. «On voulait manifester notre inquiétude et notre soutien aux peuples qui y vivent et l’actualité nous a donné cruellement raison», explique Philippe Barre, fondateur de Darwin qui organise Climax.


Ce festival est donc une bonne occasion pour le chef Raoni Metukitre, ambassadeur de la lutte pour la préservation de la forêt amazonienne, de porter son message: «Je n’accepte pas qu’on continue à tuer les peuples autochtones du Brésil, qu’on poursuive l’exploitation minière et forestière de la forêt (amazonienne) et qu’on la remplace par des grandes exploitations agricoles.» déplore le cacique indien. «Au Brésil, les industries minières, agricoles et de l’énergie menacent notre forêt. Les grands propriétaires fonciers déboisent pour faire des cultures, y déversent des pesticides, qui se retrouvent dans les rivières dont nous buvons l’eau. Il faudrait boycotter les produits issus de cette dévastation, et que les Européens mangent ce qu’ils produisent sur leur propre sol. J’espère que vous allez m’aider dans ce combat, et le nerf de la guerre, c’est l’argent.» a-t-il poursuivi.


A ses côtés, Kaiulu, représentante des femmes du peuple Xingu, a également lancé son cri d'alerte: «Je demande au monde qu’il nous aide : la forêt est notre maison, notre supermarché, notre pharmacie. Si elle meurt, nous mourrons. Au Brésil, nous n’avons pas la liberté de parler comme ici.Ce gouvernement (brésilien) dit que nous sommes des retardés en matière de développement mais ce n’est pas vrai»

A l’occasion de son passage à Bordeaux, le chef Raoni Metukitre a été reçu ce mercredi après-midi par le maire et le conseil municipal, qui l’a fait citoyen d’honneur de la ville. Samedi il livrera son témoignage après une conférence sur le "déracinement des sociétés modernes" à laquelle participeront le sociologue Edgar Morin et l'ex-ministre de l'Ecologie Nicolas Hulot.


A partir de

4,95€

COUVERTURE 1.jpg

  | EN VENTE |  

kjuilo.jpg
jj.jpg
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Twitter Clean
  • Blanc Icône YouTube

#TERRADARWIN

© 2019 Terra Darwin 

Use of this Website (including any and all parts and components) constitutes your acceptance of these Terms of Use and Privacy PolicyAd Choices.

Terra Darwin est membre du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne