Notre-Dame : Un don d'arbres pour reconstruire la charpente historique

Dans la soirée du lundi 15 avril, la cathédrale Notre-Dame de Paris a subi un incendie qui a détruit intégralement le toit, la charpente et la flèche, sans abimer gravement le reste de l’édifice. Parmi toute cette toiture qui a disparu, la charpente était la partie la plus ancienne, avec un enchevêtrement de poutres massives de dimensions impressionnantes datant, pour une partie, de la construction, finalisée en 1345. Une architecture prodigieuse et unique, qui fut surnommée la « forêt ».

Notre-Dame de Paris avant l'incendie du 15 avril 2019, qui a détruit le toit et la flèche. Crédit photo : Kanuman / Shutterstock

La charpente avait conservé une partie de ses poutres d’origines, issues de chênes âgés déjà de 100 à 150 ans au moment de la construction de l’édifice. Cette structure exceptionnelle était dite indestructible, par la résistance et la légèreté du matériau, sauf sinistre extérieur, ce qui est arrivé le 15 avril 2019.


Les acteurs de la forêt vont donner des arbres pour la reconstruction


Au lendemain de la catastrophe, à la suite de l’appel de la fondation du patrimoine, la fondation Fransylva, qui regroupe les 3,5 millions de propriétaires privés de forêts en France, a invité tous les français, et notamment les propriétaires forestiers, à faire un don qui sera utilisé pour la coupe d’un chêne. La fondation invite aussi, bien sûr, les propriétaires possédant du chêne à en donner un pour la reconstruction de cette magnifique et historique « forêt-charpente ».

A l’image des plus grandes fortunes pour des dons d’argent, l’assureur Groupama, propriétaire terrien, a également fait don de près de 1300 chênes centenaires, pour encourager cette initiative.


L’Office national des forêts (ONF) et l’ensemble de l’interprofession France Bois Forêt, ont suivi ce mouvement, et se sont engagés à participer pour la reconstruction. Le président de l’interprofession, Michel Druilhe, a déclaré : « Nous ne savons pas encore si la reconstruction se fera à l’identique […], mais dès aujourd’hui, nous rassemblons toutes les initiatives de la filière pour mieux coordonner toutes ces énergies et relever le défi de reconstruire Notre-Dame ».


Cependant, parmi les 3,7 millions d’hectares de forêts de chênes que compte la France, seulement une petite partie pourra être utilisée sur le chantier de reconstruction, car ils devront avoir été plantés au plus tard à la fin du XIXe siècle. La charpente restera centenaire, à défaut d’être quasi-millénaire.

Ainsi, d’autres édifices victimes d’incendies ont choisi de remplacer les charpentes de bois par du béton, comme la cathédrale de Reims, par exemple, et c’est également une des hypothèses envisagées pour Notre-Dame, pour améliorer la sécurité de l’édifice et raccourcir les délais.


Mais le président de Fransylva, Jean-Etienne Rime, à l’origine de l’initiative défend le projet de reconstruction à l’identique : « La matière première est la même qu’il y a mille ans. La qualité des chênes utilisés sous Saint-Louis est la même qu’aujourd’hui. Notre sylviculture est la même ».



A partir de

4,95€

COUVERTURE 1.jpg

  | EN VENTE |  

kjuilo.jpg
jj.jpg
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Twitter Clean
  • Blanc Icône YouTube

#TERRADARWIN

© 2019 Terra Darwin 

Use of this Website (including any and all parts and components) constitutes your acceptance of these Terms of Use and Privacy PolicyAd Choices.

Terra Darwin est membre du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne