Le Canal de Berry asséché : "Une catastrophe écologique et sanitaire se prépare"

Depuis plusieurs jours, les pelles qui alimentent en eau le canal de Berry sont fermées. Le souhait du syndicat du canal de Berry et de la préfecture du Cher est de préserver les ressources en eau de l’Aubois, de l’Auron, du Cher et de l’Yèvre.




Au total 54 km de canal risquent de s’assécher. Une grande première depuis sa création. Thierry Touzet, directeur des territoires à la préfecture du Cher déclarait hier à nos confrères de France Bleu « Cela redonnera de l'eau sur les rivières qui alimentent habituellement le canal. C'est l'un des enjeux aussi, préserver le milieu et c'est important dans notre souci de gestion multi-usage de l'eau."


Le principal problème c’est que le canal de Berry risque de se retrouver très rapidement à sec. L’évaporation va faire baisser de 3 à 5 cm par jour le niveau du canal de Berry …

Mais c’est sans compter sur les très nombreuses fuites dont souffre le canal.

La Présidente du syndicat du canal de Berry déclare que des pêches de sauvegarde ont déjà été réalisées cette semaine afin de limiter l’impact sur la biodiversité en sauvant un maximum de poissons avant que l’eau disparaisse du canal.

Des filets de pêche ont été utilisés en grande partie pour la capture. Pour les zones les plus compliquées, la méthode de la pêche électrique sera utilisée. De grosses pertes de poissons sont attendues d’après l’association des pêcheurs du Vierzonnais.

Le Canal devrait donc être prochainement à sec de Vierzon jusqu’à Noyers sur Cher (Loir-et-Cher).

Au-delà d’une décision crève-cœur impactant nécessairement le tourisme dans le cadre du Canal à vélo, c’est surtout un risque majeur pour la biodiversité. Les autorités semblent n’avoir pris des mesures qu’en faveur des poissons en oubliant les batraciens, oiseaux et autres espèces animales et végétales qui profitent de l’écosystème du Canal.

Le Maire d’un petit village qui souhaite rester anonyme nous alerte : «  Le risque majeur touche aussi aux questions sanitaires, une eau stagnante va favoriser le développement des moustiques, des algues et peut-être des cyanobactéries avec ces fortes températures » ; « C’est une catastrophe écologique et sanitaire qui se prépare. Une décision prise sans que l’on en mesure les conséquences au préalable, toutes les berges vont s’effondrer. »





A partir de

4,95€

COUVERTURE 1.jpg

  | EN VENTE |  

kjuilo.jpg
jj.jpg
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Twitter Clean
  • Blanc Icône YouTube

#TERRADARWIN

© 2019 Terra Darwin 

Use of this Website (including any and all parts and components) constitutes your acceptance of these Terms of Use and Privacy PolicyAd Choices.

Terra Darwin est membre du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne