Du nouveau pour l’homme de Neandertal

Mis à jour : 13 févr. 2019

Depuis toujours on parle de l’homme de Neandertal, notre ancien cousin, comme étant un chasseur et un coureur de fond. Une étude vient de remettre en question cette idée.



Crédit photo : procy_ab

Souvent dépeints comme brutes et primaires, il se révèle que les néandertaliens étaient plus proches de nous que nous ne le pensions. Nous savons aujourd’hui qu’ils faisaient du feu, préparaient des plats et prenaient soin de leurs blessés. Finalement, les néandertaliens ne sont pas plus violents que l’Homo Sapiens. En partant de ce postulat serait-il possible que nous soyons passés à côté d’autres choses ?


Un coureur de fond, évoluant dans les environnements froids, c’est du moins ce que laissaient penser leurs ossements retrouvés près de fossiles de mammouths, ou de rhinocéros laineux ; des colosses de l’ère glaciaire évoluant dans des environnements très froids. Il était donc facile d’imaginer le Neandertal à leurs côtés. Avec des membres courts, une grande cavité nasale et un torse beaucoup plus imposant, il semblerait qu’ils soient plus adaptés à la vie dans le froid. Mais peut-être qu’on se serait trompé.


John Stewart de l’université de Bournemouth (Royaume - uni) avec son équipe de paléontologues se sont penché sur les dernières occupations du Neandertal au nord-ouest de l’Europe. En s’intéressant sur les couches sédimentaires dans lesquelles quelques fossiles de Neandertal ont été retrouvés, les chercheurs ont alors découvert non pas des restes de mammouths ou de rhinocéros laineux, mais de rongeurs et autres petits mammifères. Des animaux qui selon les chercheurs n’étaient pas adaptés au froid, mais privilégiaient les environnements plus tempérés en milieux forestiers. Si le Neandertal privilégier les environnements chauds comment alors expliquer les ossements de mammouths et de rhinocéros laineux retrouvés près des restes de Neandertal ?


Dans la revue scientifique Quaternary Science Reviews, des chercheurs publient leurs travaux. Pour eux soit les mammouths pouvaient survivre dans des climats plus tempérés, soit les deux ne se sont pas forcément fréquentés au même moment et leurs ossements se sont superposés. Mais si les hommes de Neandertal fréquentaient bien les milieux forestiers, une autre question se pose alors : comment chassaient-ils ? Étaient-ils des coureurs de fond, comme l’Homo Sapiens, ou privilégiaient-ils les sprints ?


Pour les chercheurs, le sprint est plus approprié. Dans la forêt, il faut être vif, rapide et fort. Courir sur de longues distances est plus utile pour chasser dans des environnements plus ouverts. D’un point de vue morphologique, la théorie du « sprinter » prend tout son sens. En effet lorsqu’on observe les athlètes modernes, les coureurs de fond sont plus minces avec de longs membres tandis que les sprinteurs ont des membres généralement plus courts. Ils sont aussi plus musclés et plus massifs.


Il se trouve que la construction morphologique du Neandertal ressemble davantage à celui du sprinteur qu’a celui des coureurs de marathon. Au regard de ces constatations, il est plus facile d’imaginer le Neandertal évoluant dans un milieu forestier.


Pour le moment, les chercheurs attendent de trouver d’autres fossiles de Neandertal afin de soutenir leur idée. Jusqu’à présent, la question même de leur disparition n’est toujours pas résolue 40 000 ans plus tard.




A partir de

4,95€

COUVERTURE 1.jpg

  | EN VENTE |  

kjuilo.jpg
jj.jpg
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Twitter Clean
  • Blanc Icône YouTube

#TERRADARWIN

© 2019 Terra Darwin 

Use of this Website (including any and all parts and components) constitutes your acceptance of these Terms of Use and Privacy PolicyAd Choices.

Terra Darwin est membre du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne