Guyane: malgré la mobilisation des ONG, Total continuera à forer le récif corallien de l'Amazone

7 associations environnementales avaient saisi le tribunal administratif de Cergy en décembre dernier. Greenpeace France, Guyane Nature Environnement, Nature Rights, Sea Sheperd France, Surfiler Europe, ZEA, et les Amis de la Terre France ont déposé un recours en urgence sur le feu-vert donné par le préfet de Guyane en octobre à Total pour réaliser 5 forages d’exploration sur le récif corallien de l’Amazone. Les associations voudraient revenir sur la décision de prolongation du permis de recherche pétrolière accordée à Totale. Suite à une audience tenue le 7 janvier, et après un délai inhabituellement long, le tribunal a finalement décidé de ne pas suspendre les autorisations de travaux et le permis d’exploitation offshore de Total en Guyane.


Malgré la saisie du tribunal par les ONG, Total pourra continuer les forages d'exploration offshore au large de la Guyane, sur le récif corallien de l'Amazone. Crédit photo: Nattapon

En effet, le tribunal de Cergy estime que les arguments des requérants ne sont pas de nature à créer un doute sérieux qui permettrait de revenir sur la décision. Pourtant le Brésil avait, lui, refusé à Total l’autorisation de forer aux embouchures de l’Amazone.


Car la zone concernée par le projet d’exploration pétrolière est le récif corallien de l’Amazone, un lieu crucial pour la biodiversité, et les associations requérantes redoutent des dommages irréversibles. Les ONG ont également déposé un recours en critiquant l’absence d’expertise sur l’étude de l’impact environnemental, et notamment quant au plan d’urgence en cas de marée noire, tout en faisant remarquer le déni du droit à la participation du public, l’absence de saisine de la Commission nationale du débat public.


Selon le ministre de la Transition écologique, il ne serait pas possible de revenir légalement sur le permis d’exploitation à l’origine de ces travaux, qui avait été accordé en 2001, et prolongé jusqu’au 1er juin 2019. Total a en effet commencé les forages exploratoires depuis le 23 décembre, suite au feu-vert du préfet, et ils auraient déjà atteint 400m de profondeur.


Néanmoins, Total n’a pas encore carte blanche en Guyane. Des procédures juridiques contre les projets pétroliers au large de la Guyane font rage; un autre recours a en effet été porté par les Amis de la Terre France et Greenpeace France, et est en attente de jugement; ils demandent l’annulation du permis d’exploitation. Le Collectif Pétrole Offshore Guyane, qui regrette que la justice n’ait pas tenu compte de l’urgence de la situation environnementale, a aussi déposé un recours le 12 décembre réclamant l’annulation de l’autorisation des travaux.


Les nouveaux recours sur le fond vont être jugés dans quelques mois, devant le même tribunal. En attendant, les associations continuent de faire face.


A partir de

4,95€

COUVERTURE 1.jpg

  | EN VENTE |  

kjuilo.jpg
jj.jpg
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Twitter Clean
  • Blanc Icône YouTube

#TERRADARWIN

© 2019 Terra Darwin 

Use of this Website (including any and all parts and components) constitutes your acceptance of these Terms of Use and Privacy PolicyAd Choices.

Terra Darwin est membre du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne