Fichier Monsanto: nouveau scandale pour la multinationale du glyphosate

Monsanto se retrouve une nouvelle fois au coeur d'un véritable scandale. Des documents datés de 2016, appartenant au cabinet de lobbying Fleishman-Hillard, engagé par Monsanto, révèlent que l’entreprise américaine a fait de l’espionnage en France. Découverts par les journalistes de France 2, ces données contiennent des informations et opinions sur le glyphosate, de plus de 200 acteurs majeurs du monde écologique, ainsi que les stratégies à adopter pour obtenir, au niveau européen, la réautorisation du glyphosate, produit principal du Roundup de Monsanto.


Un tracteur fait un épandage de pesticides. Crédit photo: Fotokostic

Révélé hier par les journalistes de France 2, pour l’émission L’œil du 20h, ce "fichier Monsanto" est constitué de tableaux remplis des noms, coordonnées et opinions sur le glyphosate de nombreuses personnes influentes du secteur écologique. De plus, le document contient également des stratégies personnalisées d’actions à entreprendre auprès de chacun pour améliorer l’image du glyphosate, et obtenir sa réautorisation au niveau européen. C'est ce qui semblait être l’objectif de Monsanto avec ce processus illégal de lobbying, avant son rachat par Bayer, entre 2016 et 2017.


En tout, ce sont plus de 200 personnes qui semblent avoir été espionnées. Près de la moitié sont des journalistes experts des questions environnementales et agricoles. Mais on y trouve également de nombreux politiciens, ainsi que des dirigeants d’organisations agricoles, et d’ONG. Tous sont des personnes capables d’influencer l’avis d’autres individus, et notamment ici, sur les produits de Monsanto.


Selon les journalistes d’investigations responsables de cette enquête, ces informations ont été réunies par le cabinet de lobbying Fleishman-Hillard et par le groupe Publicis, tout deux engagés par Monsanto.


Une plainte contre X a déjà été déposée, le 26 avril, par le journal Le Monde, après cette découverte qui implique cinq des journalistes du quotidien. "Le Monde ne peut pas accepter qu’une multinationale fiche les journalistes en fonction des enquêtes qu’ils mènent sur elle, ce que même les services de police n’ont pas le droit de faire ; c’est illégal", explique Me François Saint-Pierre, avocat pour le quotidien.


Selon cet avocat, les responsables du « fichier Monsanto » peuvent être poursuivis pour les quatre délits suivants :

  • "mise en œuvre de traitements de données à caractère personnel illicite"

  • "collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite"

  • "conservation en mémoire informatisée des données à caractère personnel faisant apparaître les opinions politiques et philosophiques d’une personne sans son consentement"

  • "transfert illicite de données à caractère personnel faisant l’objet ou destinées à faire l’objet d’un traitement vers un État n’appartenant pas à l’Union européenne ou à une organisation internationale"



A partir de

4,95€

COUVERTURE 1.jpg

  | EN VENTE |  

kjuilo.jpg
jj.jpg
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Twitter Clean
  • Blanc Icône YouTube

#TERRADARWIN

© 2019 Terra Darwin 

Use of this Website (including any and all parts and components) constitutes your acceptance of these Terms of Use and Privacy PolicyAd Choices.

Terra Darwin est membre du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne