Exploration: Karine Massonnie, sur la piste indigène

En 2007, Karine MASSONIE, lasse des « chorales plaintives », de la surconsommation et de

notre individualisme moderne décide de partir seule et sans idée préconçue à la rencontre

des peuples indigènes.


Le livre "Sur la piste indigène" par Karine Massonnie

Karine commence son immersion sauvage en Afrique, au Botswana, en naviguant en mokoro sur le delta de l’Okawango à la rencontre d’un zoologiste gardien d’éléphants. Les SANS, cueilleurs-chasseurs du Kalahari, expulsés de leurs terres riches en diamants, ont gagné le droit d’y retourner mais restent interdits de chasse – « hors leur loi » – et d’accès aux puits. C’est dans le « faire ensemble » qu’ils initient Karine à la chasse ancestrale, la médecine traditionnelle et le kia.


Puis la Namibie, où les pasteurs HIMBAS peuplent le désert de Kaokoland. Là, Karine accepte

de devenir la fille adoptive du Chef de kraal, en alternative au mariage. Chez eux, le feu sacré ne doit jamais s’éteindre afin de maintenir le lien entre les morts et les vivants, eux-mêmes à l’unisson avec les animaux et la Nature.


Viens ensuite la rencontre avec les KHALKAS, autres pasteurs, cavaliers nomades qui lui font découvrir la liberté absolue de la vie en yourte au milieu des steppes mongoles.


Et c’est la découverte de Bali, l’île aux mille temples où les danses indonésiennes retracent l’histoire de ce peuple « sourire »… au mercantilisme aguerri.


Le voyage se poursuit dans le bush australien où les aborigènes tentent de sauvegarder leur culture, par les contes et les peintures, malgré les tentations faciles du monde moderne.


Puis c’est l’Amérique du Sud en Bolivie d’abord sur les hauts plateaux du lac Titicaca, pays de cultivateurs et d’éleveurs de lamas, chez les AYMARAS, à la riche vie spirituelle basée sur le respect de la Terre nourricière, où la Communauté prévaut sur l’individu. Viennent ensuite les paysans JALQ’AS qui vivent dans le cratère du Maragua transmettant leurs légendes à travers l’art ancestral du tissage.


C’est au tour du Canada, chez les pêcheurs HAIDAS, Amérindiens du Pacifique à la structure matrilinéaire, qui sculptent pirogues de mer et mâts-totems racontant leurs légendes. Puis, Karine traverse le pays à bord du transcanadien. Au Québec, elle croise les ABEKANIS de la réserve d’Odanak pour qui l’art du bois, sculpté ou tressé, raconte leur histoire et redonne du sens à leur vie. Après ce sont les ALGONQUINS, nomades transportant leurs maisons faites de rouleaux d’écorces au gré des saisons. Ce peuple pacifique, pour qui tous les êtres vivants sont égaux, va initier Karine aux animaux-totems, à l’introspection sudative…


Enfin, le retour à Guérande. Karine a découvert au contact de tous ces peuples indigènes le berceau de l’humanité où les 4 couleurs de peau se valent et sont en harmonies avec la Nature loin de tout matérialisme futile.


Merci Karine de nous enseigner, à travers ce fabuleux voyage, que l’on peut encore communier en harmonie avec sa propre âme.




A partir de

4,95€

COUVERTURE 1.jpg

  | EN VENTE |  

kjuilo.jpg
jj.jpg
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Twitter Clean
  • Blanc Icône YouTube

#TERRADARWIN

© 2019 Terra Darwin 

Use of this Website (including any and all parts and components) constitutes your acceptance of these Terms of Use and Privacy PolicyAd Choices.

Terra Darwin est membre du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne