Catastrophe écologique en Arctique, la Russie déclare l'état d'urgence

Mis à jour : juin 22

Une fuite d’un réservoir d’une centrale thermique a déversé 20 000 tonnes d’hydrocarbures en Arctique. Et si les mesures mises en place ont tardé, les conséquences écologiques sont terribles: eaux contaminées de produits toxiques et empoisonnement de la biodiversité dans la région. Cet incident qui serait dû au réchauffement climatique est une alarme de la trop faible implication mondiale pour l’environnement.


Une partie de la rivière de l'Ambarnaïa, désormais polluée. Crédit photo: Federal Marine Rescue Service

Vendredi 29 mai, le réservoir d’une centrale thermique s’effondre en Arctique. Selon les experts, cette fuite aurait déversé 20 000 tonnes d'hydrocarbures dans la rivière de l'Ambarnaïa, près de la ville de Norilsk, en Russie. Selon les responsables du groupe, l’accident est dû à la fonte du permafrost, sur lequel le site industriel est construit, qui aurait fait couler les piliers sous la plateforme.


Si Vladimir Poutine n’a déclaré l’état d’urgence nationale que mercredi, c’est parce que le géant minier Norilsk Nickel qui possède la filiale NTEK a tardé à réagir ; les agences gouvernementales ont été mises au courant seulement deux jours après les faits. Le gouverneur de la région de Krasnoïarsk affirme avoir compris l’importance de la situation seulement dimanche, après avoir vu des signalements sur les réseaux sociaux.


Avec le décret de l’état d’urgence, le président russe espère permettre la mobilisation massive des ressources pour limiter les dégâts de cette catastrophe écologique. Un barrage flottant a été installé à la hâte pour contenir la pollution et éviter que cette eau devenue rouge atteigne un grand lac au nord de la ville arctique de Norilsk.


Mais selon le WWF, il est déjà trop tard ; les composants les plus toxiques du carburant comme le benzène ou le xylène sont déjà en train de se dissoudre dans l’eau et ne pourront pas être collectés par les barrages.


Les autorités de la région affirment ne pas avoir détecté de pollution dans les nappes phréatiques, selon un communiqué publié sur le site de la région de Krasnoïarsk.


WWF appelle néanmoins à mettre en place une surveillance de la qualité de l’eau en aval, pour éviter que des produits toxiques ne se répandent jusqu’à des réserves naturelles. "L'incident a eu des conséquences catastrophiques et nous en verrons les répercussions dans les années à venir", a déclaré dans un communiqué Sergey Verkhovets, le coordinateur des projets arctiques de la filiale russe du WWF. Il ajoute: "nous parlons de poissons morts, des plumes d’oiseaux pollués et d'animaux empoisonnés."


Le nettoyage pourrait durer plusieurs semaines puisque la rivière est peu profonde et donc inaccessible en bateau ou par la route.



A partir de

4,95€

COUVERTURE 1.jpg

  | EN VENTE |  

kjuilo.jpg
jj.jpg
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Twitter Clean
  • Blanc Icône YouTube

#TERRADARWIN

© 2019 Terra Darwin 

Use of this Website (including any and all parts and components) constitutes your acceptance of these Terms of Use and Privacy PolicyAd Choices.

Terra Darwin est membre du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne