Brésil : Le Pantanal, plus grande zone humide au monde, est menacé par l’agriculture

La région du Pantanal, principalement situé dans l’Etat du Mato Grosso, dans l’ouest du Brésil, est un immense sanctuaire naturel, et la plus grande zone humide au monde. Cet écosystème possède même la plus grande concentration d'animaux sauvages d'Amérique du Sud. Désormais, ce havre de biodiversité, plutôt méconnu, est fragilisé par l’expansion de l’agriculture, encouragée par le nouveau président Jair Bolsonaro.


Les marécages du Pantanal offrent une immense réserve de biodiversité. Crédit photo : Leonardo Mercon

Situé principalement dans l’Etat du Mato Grosso, au Brésil, mais aussi au Mato Grosso do Sul, le Pantanal s’étend même jusqu’en Bolivie et au Paraguay. Il s’agit de la plus grande zone humide au monde et une des plus importantes réserves environnementales de la planète, avec une superficie de 170 501 km². Sa particularité est liée au cycle des inondations qui submergent chaque année cette gigantesque plaine, qui ressemble davantage à une savane le reste de l’année. Ces crues permettent ainsi l’abondance d'une énorme quantité de poissons, oiseaux, reptiles ou plantes. On peut citer le jaguar, la loutre géante, le cerf des marais, l'ara hyacinthe, le tatou géant, ou encore le caïman.


Le cycle annuel des inondations, qui débute vers octobre et perdure jusqu’en mars, est lié au fleuve Rio Paraguay. L’immense zone marécageuse du Pantanal est en effet située dans le bassin supérieur du fleuve, qui connaît des crues naturelles chaque année. Ce phénomène écologique est parmi les plus importants d’Amérique du Sud.

L'UNESCO a inscrit, en 2000, le Pantanal sur la Liste du patrimoine mondial, en tant que réserve de biosphère. L'aire de conservation du Pantanal a une superficie totale de 187 818 ha, soit 1878 km². Mais ce site ne représente que 1,3 % de la totalité du Pantanal brésilien.


Bolsonaro encourage une extension des zones agricoles vers le centre du Brésil


La biodiversité est en danger dans les zones non protégées de la région. Avec près de 99% du Pantanal détenu par des propriétaires privés, cet écosystème perd aujourd’hui de la biodiversité. D’autant plus que l’élection de Jair Bolsonaro à la tête du Brésil, l’année dernière, va intensifier l’agriculture et élargir les zones agricoles, pour améliorer l’économie du pays. Ainsi, la région souffre de déforestation et des barrages hydro-électriques qui se construisent, afin d’étendre les zones agricoles. Et les pesticides, ainsi que la surpêche et le braconnage, font fuir la biodiversité.


Ces exploitations agricoles sont de plus en plus actives et n’hésitent pas défricher une majeure partie de leur propriété. Il faut dire que les zones humides du Pantanal figurent parmi les sols les plus fertiles de tout le territoire brésilien. Cependant, l’intérêt écologique, mais aussi agricole, de cette région, reste l’aspect humide de la région, ce qui laisse espérer que cette région ne sera pas asséchée.


Selon la branche brésilienne de la WWF, il y a près de 4500 espèces d’animaux et 3700 variétés de plantes dans la région. Avec le programme « Cerrado Pantanal », l’ONG souhaite réussir à stabiliser une harmonie entre les besoins agricoles et la nature. « On veut réduire l’impact des activités humaines sur le site », explique Julio César Sampaio, coordinateur du programme, dans la vidéo de présentation du projet. Cependant, l’arrivée de Bolsonaro au pouvoir risque de compliquer la mission de l’ONG, car la priorité actuelle du gouvernement est la relance de l’économie.



A partir de

4,95€

COUVERTURE 1.jpg

  | EN VENTE |  

kjuilo.jpg
jj.jpg
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Twitter Clean
  • Blanc Icône YouTube

#TERRADARWIN

© 2019 Terra Darwin 

Use of this Website (including any and all parts and components) constitutes your acceptance of these Terms of Use and Privacy PolicyAd Choices.

Terra Darwin est membre du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne