Afrique du Sud: des lions élevés juste pour être chassés par des riches...

C'est tout bonnement incroyable. Une nouvelle preuve que l'humain ne manque pas d'imagination lorsqu'il s'agit de détruire la biodiversité qui l'entoure. En salle depuis le 26 décembre dernier, le film de Gilles de Maistre intitulé "Mia et le lion blanc" dénonce un phénomène méconnu et pourtant terrible: la chasse des lions en enclos.

Mia (Daniah de Villiers) et son lion Charlie : image du film "Mia et le lion blanc", de Gilles de Maistre. (Kevin Richardson / Galatee films / Outside Films / Studio Canal)

C'est vrai qu'au premier abord, cette pratique semble irréelle. Et bien sachez que dans certains endroits du monde comme en Afrique du Sud, des lions sont élevés en cage pour être ensuite offerts en pâture à de riches chasseurs. Cette pseudo chasse a un nom: "Canned Hunting". Entendez par là, la chasse en conserve. Le mot est cru, mais reflète parfaitement la situation de ces lions dont l'avenir est joué d'avance.


Bande annonce du film "Mia et le lion blanc".

On pourrait penser que ce phénomène reste marginal et pourtant... Selon les derniers chiffres de nos confrères du journal The Guardian, il y aurait environ 8000 lions entrain d'attendre dans une cage de recevoir une balle. D'un autre côté, on ne compte plus que 3000 représentants à l'état sauvage sur l'ensemble du pays. Le gouvernement africain se défend en mettant sur la table la manne exceptionnelle d'argent que cela rapporte à l'État. En effet, ce business permet d'engranger chaque année plus de 36 millions de dollars.


On peut dire que les fermes d'élevage rentabilisent la totalité de la vie de ces lions. En effet, avant d'être chassés, ils sont élevés en enclos. Les enfants peuvent venir les caresser et les promener dans la ferme. Une fois adultes, ils sont relâchés dans une vaste zone totalement grillagée. Il ne leur reste plus que quelques heures de vie avant d'être abattu fièrement par un homme à la recherche de son trophée.


Comme vous pouvez l'imaginer, tout le monde ne peut pas se payer une chasse de la sorte. Il faut compter plus de 30 000 euros pour avoir le droit d'abattre la bête et de ramener sa tête, pour la suspendre dans son salon. Une cruauté indéfinissable qui dépasse tout entendement. Chaque année, 800 d'entre eux meurent sous les balles d'un fusil sans avoir la moindre chance de survie.


Cette industrie est dénoncée depuis des années par les associations et les ONG qui défendent le bien-être animal. La Fondation Kevin Richardson, qui a participé au film, demande l'arrêt immédiat de ces pratiques qui mettent, par ailleurs, en danger la survie des espèces. "En 80 ans, la population de lions sauvages est passée de 450 000 à 15 à 20 000 animaux" précise la Fondation. Elle souligne également que si rien n'est fait pour inverser la tendance, il n'y aura plus aucun lion dans la nature d'ici 20 ans.


Retrouvez la vidéo explicative de Brut






A partir de

4,95€

COUVERTURE 1.jpg

  | EN VENTE |  

kjuilo.jpg
jj.jpg
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Twitter Clean
  • Blanc Icône YouTube

#TERRADARWIN

© 2019 Terra Darwin 

Use of this Website (including any and all parts and components) constitutes your acceptance of these Terms of Use and Privacy PolicyAd Choices.

Terra Darwin est membre du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne